Cellules souches : une première mondiale en thérapie cellulaire de l’insuffisance cardiaque

Copie de conf presse ESCORT-3

Mise au point par le Département de Biothérapies cellulaires et tissulaires du Pr Larghero à l’hôpital Saint-Louis, une technique de préparation de cellules cardiaques obtenues à partir de cellules souches embryonnaires humaines a permis au Pr Philippe Menashé de l’hôpital européen Georges Pompidou (HEGP), et à son équipe du service de chirurgie cardio-vasculaire, de pratiquer une première greffe de cellules souches progénitrices chez une patiente atteinte d’insuffisance cardiaque sévère.

Le Pr Philippe Menashé, le Pr Jérôme Larghero et le Dr Valérie Vanneaux (Saint-Louis) ont communiqué ce vendredi 16 janvier 2015 aux 25èmes Journées Européennes de la Société Française de Cardiologie sur cet essai clinique de phase I réalisé en octobre 2014. Promu par l’AP-HP, l’essai ESCORT, autorisé par l’Agence Nationale de Sécurité sanitaire des Médicaments (ANSM), est le fruit de nombreuses années de recherche et de collaboration soutenue entre des équipes de l’AP-HP, de l’Inserm et des Universités Paris-Descartes et Paris-Diderot.

L’essai ESCORT vise à évaluer la sécurité et la faisabilité de la transplantation d’un patch de cellules cardiaques, dérivées de cellules souches embryonnaires, sur la partie lésée du coeur de patients atteints d’insuffisance cardiaque sévère. Les équipes ont rapporté le cas d’une patiente âgée de 68 ans, greffée pour réparer la zone du tissu cardiaque endommagée et rendue inerte par manque d’oxygène suite à un infarctus ancien. La patiente souffrait d’une altération nette de sa fonction cardiaque, mais sans être au stade ultime qui aurait relevé d’une greffe cardiaque ou d’un coeur artificiel. L’intervention a été couplée à un pontage coronarien. Dix semaines après, la patiente se porte bien.

Cette première mondiale démontre qu’il est possible d’obtenir des cellules progénitrices cardiaques à partir de cellules souches embryonnaires pluripotentes selon un procédé adapté à une utilisation thérapeutique chez l’homme. Les cellules souches embryonnaires dites « pluripotentes » ont en effet un fort potentiel thérapeutique car elles sont capables dans certaines conditions de se différencier en toutes sortes de cellules pour former un tissu donné de l’organisme (cardiaque, musculaire, cartilage, cellules nerveuses, cellules sanguines … ).

La mise au point de ce « pansement » cardiaque a été réalisé par le Département de Biothérapies cellulaires et tissulaires de l’hôpital Saint-Louis. L’équipe (Dr Valérie Vanneaux, Isabelle Cacciapuoti et Alexandre Parouchev) a développé et testé les procédures de spécialisation de ces cellules souches et de leur purification. Après la production des cellules, un tri est en effet nécessaire pour ne conserver que les jeunes cellules cardiaques et éliminer les cellules restées au stade embryonnaire qui sont potentiellement tumorigènes.

Le Pr Jérôme Larghero a reçu le Grand Prix 2014 de la Fondation Générale de Santé et de l’Académie des Sciences pour ses travaux de recherche en Thérapie cellulaire et Médecine régénérative > Lire
Plus d’informations :

Communiqué de presse AP-HP, Inserm, Universités Paris-Descartes et Paris-Diderot
Communiqué AFP du 16 janvier 2015
Article paru dans « Le Monde » en date du 17 janvier 2015