Choc septique : nouvelles avancées dans la recherche

unité de soins-1

Des travaux collaboratifs internationaux publiés dans la revue PNAS auxquels ont participé les équipes du Pr Didier Payen (service d’Anesthésie et Réanimation) à Lariboisière et du Dr Edgardo D. Carosella (CEA/SRHI, Institut Universitaire d’Hématologie) à Saint-Louis, ont mis en évidence l’importance du récepteur immunoglobulin-like transcript 4 (ILT4) dans la fonction des neutrophiles. En particulier, comment l’inhibition d’expression de ILT4 à la surface des neutrophiles chez les patients en état de choc septique peut avoir des conséquences majeures sur la fonction de ces cellules et leur régulation dans les processus inflammatoires et les réponses immunes du sepsis.

Egalement, deux revues co-signées par le Pr Payen et parues dans The Lancet Infectious Diseases et Nature Reviews Immunology apportent un éclairage nouveau sur la compréhension de la physiopathologie du sepsis, problème majeur de santé publique, en décrivant les aspects cliniques et moléculaires de l’immunodépression induite par ce tableau clinique d’une grande gravité, nécessitant des soins de longue durée. Il peut s’accompagner de réinfection ou de réactivation infectieuse, et peut être traité de façon très efficace avec des molécules déjà disponibles sur le marché.