La greffe de cellules souches hématopoïétiques améliore la survie à long-terme des patients atteints de sclérodermie systémique sévère

sclérodermie

La sclérodermie est une maladie auto-immune rare caractérisée par un épaississement et un durcissement de la peau

A la veille de la Journée Mondiale de la Sclérodermie, une nouvelle étape a été franchie dans le traitement de cette maladie orpheline.

La sclérodermie systémique est une maladie auto-immune rare (2 à 22 personnes par million), caractérisée par une atteinte vasculaire initiale avec activation de la réponse immune puis une fibrose progressive de la peau et des différents organes profonds (notamment les poumons, le cœur, le tube digestif et les reins). Un tiers des patients développent des formes sévères, rapidement progressives, pouvant conduire à une mort prématurée, notamment par fibrose et/ou hypertension artérielle pulmonaires. Les traitements conventionnels actuels de la maladie sont peu efficaces.

Les résultats de l’étude internationale ASTIS (Autologous Stem Cell Transplantation in Scleroderma) viennent d’être publiés dans la prestigieuse revue The Journal of the American Medical Association (JAMA) du 25 juin 2014*. Cette étude multicentrique a concerné 156 patients atteints de sclérodermie systémique sévère, traités pour un tiers d’entre eux par des équipes hospitalières françaises. Pour la première fois, un traitement montre son efficacité dans la sclérodermie systémique diffuse, dont l’évolution spontanée reste redoutée. En effet, les patients traités par greffe de cellules souches hématopoïétiques ont un taux de survie à long-terme supérieur à celui observé sous traitement immunosuppresseur, dit conventionnel, par bolus intraveineux mensuel de cyclophosphamide.

Ce projet collaboratif académique et unique au monde, a été conduit pendant plus de 12 ans sur 10 pays, en lien avec la  Société Européenne de Greffe de Moelle et de Thérapie Cellulaire (European Group for Blood and Marrow Transplantation – EMBT) et la Ligue Européenne contre le Rhumatisme (European League Against Rheumatism – EULAR).

Après inclusion volontaire dans l’étude, les patients ont été répartis par tirage au sort en deux groupes : un premier groupe de 79 patients traités par une auto-greffe de cellules souches hématopoïétiques (provenant du patient) comparé à un second groupe de 77 patients traités chaque mois pendant 1 an par une injection intraveineuse de cyclophosphamide. Après un suivi clinique de près de six ans en moyenne, les taux de survie globale et de survie sans événement étaient plus élevés à long-terme chez les patients traités par auto-greffe de cellules souches hématopoiétiques par rapport au second groupe contrôle, malgré une mortalité liée au traitement plus fréquente dans la première année après greffe.

Ces résultats sont qualifiés de très encourageants par le Pr Dominique Farge-Bancel (Médecine interne et pathologie vasculaire, hôpital Saint-Louis, AP-HP, Université Paris Diderot Paris 7) et le Pr Jaap van Laar (University Medical Center, Utrecht), tous deux premiers cosignataires de cet article. Ils offrent l’espoir d’un traitement alternatif enfin efficace aux patients atteints de sclérodermie systémique résistante aux traitements conventionnels.

* Lire l’article

Contacts :

Professor Jacob M van Laar, MD, PhD
Department of Rheumatology & Clinical Immunology, room F.02.126
University Medical Center Utrecht Heidelberglaan 100 3584 CX  Utrecht, the Netherlands
Email: j.m.vanlaar@umcutrecht.nl
Phone/fax: +31 88 75 573 57 / +31 30 2523741

or

Professor Dominique Farge, MD, PhD
Assistance Publique-Hôpitaux de Paris
Saint-Louis Hospital, Internal Medicine and Vascular Disease Unit
INSERM UMRS 1160 ;  Paris 7 Diderot University, Sorbonne Paris Cité
1 avenue Claude-Vellefaux, 75010 Paris, France
Email : dominique.farge-bancel@sls.aphp.fr
Phone/fax: +33 1 42 49 97 67 /+33 42 49 9478

Retrouvez l’information sur Réseau CHU, l’actualité des CHU