L’importance du suivi immunologique des patients en attente de greffe : un succès en thérapie cellulaire après infarctus

Copie (2) de cellules souches cardiaques thérapie cellulaire_D Charron

Expression de marqueurs moléculaires spécifiques des cellules souches cardiaques vue par immunofluorescence

Des études menées par l’unité Inserm U-940 et le laboratoire d’Immunologie et d’Histocompatibilité de l’hôpital Saint-Louis, dirigés par le Pr Dominique Charron, avaient permis de démontrer le caractère immunomodulateur des cellules souches cardiaques de l’adulte et de ce fait leur intérêt en thérapie cellulaire après infarctus (voir références ci-après). Des résultats qui ont débouté l’idée « … que seules les cellules souches allogéniques (provenant d’un donneur) d’origine embryonnaire présentaient un risque de réponse immunitaire suffisamment faible pour être greffées contrairement aux cellules souches cardiaques adultes de donneurs … ».

Ces résultats d’importance ont contribué au succès récent d’une première mondiale de greffe de cellules souches cardiaques allogéniques réalisée chez sept patients espagnols victimes d’un infarctus (lire l’article en PJ paru dans le Quotidien du Médecin). L’essai a eu lieu dans le cadre du projet européen CARE-MI portant sur l’étude des cellules souches cardiaques allogéniques pour traiter l’insuffisance cardiaque chronique en Europe, projet dont l’équipe du Pr Charron est partenaire. Le traitement de première intention étant la greffe du cœur, mais peu de patients ont la chance de trouver un donneur compatible à temps.

Le projet prévoit d’inclure dans l’étude 55 patients victimes d’un infarctus du myocarde. Les cellules souches sont préparées par le partenaire industriel de l’essai pour lequel le laboratoire d’Immunologie et d’Histocompatibilité de Saint-Louis est chargé d’en étudier la faisabilité. C’est-à-dire vérifier au préalable, comme dans tous les cas de greffe d’organe, les réponses immunologiques des patients en attente de la greffe afin d’identifier la bonne source de cellules cardiaques de donneur qui sera compatible avec le profil immunologique du patient.

Références :
Allogenicity of human cardiac stem/progenitor cells orchestrated by programmed death ligand 1.
Lauden L, Boukouaci W, Borlado LR, López IP, Sepúlveda P, Tamouza R, Charron D, Al-Daccak R. Circ Res. 2013 Feb 1;112(3):451-64.
Immunoregulation and allogenicity in cardiac stem cell regenerative therapy.
Charron D, Al-Daccak R. Clin Transpl. 2013:249-55.